Un nom connu des photographes depuis plus de 40 ans
Un nom connu des photographes depuis plus de 40 ans Un nom connu des photographes depuis plus de 40 ans
Lauréat de la meilleure qualité de livre photo 2020
Lauréat de la meilleure qualité de livre photo 2020 Lauréat de la meilleure qualité de livre photo 2020
0
Panier
rechercher
menu fermer
Aperçu des commandes
Retour vers les archives du blog

L’histogramme : utile ou pas ?

3 octobre 2022

L’histogramme. Certains l’utilisent comme un dispositif sacré, d’autres ne le regardent jamais. Mais quel est exactement l’utilité de ce graphique ? Pouvez-vous l’utiliser dans la pratique ? Dans ce blog, nous vous expliquons tout. Alors si l’histogramme est encore un terrain inconnu pour vous, lisez la suite et découvrez comment il peut vous aider à obtenir des photos encore meilleures !

foto op chromaluxe

Qu’est-ce qu’un histogramme ?

L’histogramme est un graphique qui montre comment les tons de lumières sont répartis dans votre photo. Vous pouvez trouver l’histogramme sur la plupart des appareils photo en appuyant sur le bouton info de l’écran LCD. Dans un programme de retouche photo, vous pouvez consulter l’histogramme sous la fonction niveaux (français) ou levels (anglais). Le graphique indique la luminosité d’un pixel sur une échelle allant de très sombre à très clair.

En photographie, l’impression photochimique fonctionne avec un canal de couleur de 8 bits. Un bit peut avoir une valeur de 0 ou 1, donc deux options par bit. Dans une image enregistrée avec un canal couleur de 8 bits, l’histogramme est donc composé de 2 x 2 x 2 x 2 x 2 x 2 = 256 barres. Celles-ci s’étendent sur l’axe x de 0 à gauche (noir absolu) à 255 à droite (blanc absolu). La hauteur des barres s’étend sur l’axe y, et cela indique combien de pixels se trouvent à un niveau de luminosité donné. L’absence de remplissage signifie que ce ton clair particulier n’a pas été  » utilisé « , un remplissage maximal signifie une  » utilisation  » maximale. Sur l’écran LCD de votre appareil photo, le graphique est souvent aussi divisé en 4 (Nikon) ou 5 (Canon) colonnes. Ceci a pour but de donner une distribution de surface plus facilement lisible du foncé au clair.

grijswaarden

À quoi peut servir l’histogramme ?

L’écran LCD de votre appareil photo est un bon outil pour voir si vous êtes satisfait de l’angle choisi et ainsi de suite, mais ce n’est en aucun cas un bon contrôle de l’exposition. C’est là que l’histogramme entre en jeu : il s’agit en fait d’un posemètre, qui indique plus de 50 tons de lumière à chaque stop. En gardant un œil sur l’histogramme pendant que vous prenez la photo, vous pouvez déjà faire une prédiction raisonnable de votre exposition. L’histogramme vous donne une meilleure  » image  » de la prise de vue que l’écran LCD de votre appareil photo. Cependant, l’histogramme que votre appareil photo affiche n’est pas sacré. Tout d’abord, il est basé sur la vignette jpg affichée sur votre écran LCD et non sur le fichier RAW. Si, sur votre appareil photo, une partie de l’histogramme manque (en dehors de l’axe x), avec le format RAW, il en reste souvent en post-traitement, de sorte que vous pouvez encore voir des détails (limités) dans ces parties de la photo. Par ailleurs, la même chose s’applique à l’histogramme en tant que posemètre dans l’appareil photo ; vous voyez la répartition moyenne entre les tons clairs et les tons foncés. Le fait qu’une image soit réellement sur- ou sous-exposée dépend naturellement du sujet et des conditions de prise de vue. Il est préférable de traiter l’histogramme comme un guide, et non comme une loi.

Différentes formes

Souvent, vous verrez dans l’histogramme un vaste paysage de montagne, où l’accent peut être mis au milieu, à gauche ou à droite. Le pic au milieu est considéré comme  » l’histogramme idéal « , car la lumière est bien répartie : il n’y a pas d’extrêmes. Toutefois, une répartition uniforme des pixels ne signifie pas que l’image est correctement exposée, mais seulement que le rapport entre les zones claires et les zones sombres est équilibré. Un pic à droite ne signifie pas qu’une photo est sur-exposée, ou un pic à gauche sous-exposée. Dans une photo de nuit ou un paysage enneigé, par exemple, la lumière n’est pas du tout  » bien répartie « . Il y aura de nombreux pixels qui iront vers 0 ou 256, ou même complètement hors de portée de l’axe x, mais dans cette condition de prise de vue particulière, ce n’est pas nécessairement un problème. Les exemples suivants illustrent ces trois formes de base : valeurs de tonalité uniformément réparties, valeurs de tonalité décalées vers la gauche et valeurs de tonalité décalées vers la droite.

histogram vergelijking

Le sujet et l’environnement présentent différents degrés de luminosité : la distribution des valeurs de tonalité sera relativement uniforme.

histogram

Le sujet et/ou l’environnement sont sombres : la distribution des valeurs tonales se déplace vers la gauche.

histogram

Le sujet et/ou l’environnement sont clairs : la distribution des valeurs tonales se déplace vers la droite.

L’histogramme idéal existe-t-il ?

Non, l’histogramme idéal n’existe pas. En effet, la forme de l’histogramme dépend du sujet, des conditions de prise de vue et de la manière dont vous souhaitez capturer la scène. Chaque type de prise de vue a son propre  » histogramme idéal « , il n’y a donc pas d’idéal général. La chose la plus importante à laquelle il faut prêter attention sont les bords gauche et droit (sur l’axe x), car ce sont les limites de ce que l’appareil photo peut enregistrer avec le capteur. Tant que les valeurs 0 et 255 ne sont pas touchées, le sujet est dans la portée du capteur et vous n’obtenez pas de zones bouchées ou grillées. L’extrême gauche donne un bruit très sombre dans les pixels enregistrés, l’extrême droite donne des pixels enregistrés sans information d’image, c’est-à-dire un clipping. Le fait que le graphique dépasse du graphique (l’axe y) n’a aucune importance pour l’exposition de la photo.

Utile ou pas ?

Alors l’histogramme est-il utile ou pas ? Un histogramme seul ne dit pas grand-chose, vous avez toujours besoin du contexte de l’image pour savoir si l’image est correctement exposée. Si vous avez l’habitude de lire des histogrammes, vous pouvez souvent voir d’un coup d’œil si l’image se traduit bien dans l’histogramme. Cela vous permet d’utiliser la correction d’exposition sur place pour orienter l’histogramme vers la gauche ou la droite, par exemple avec une vitesse d’obturation plus courte ou plus lente. En post-traitement, vous pouvez utiliser les curseurs situés sous l’histogramme pour corriger l’exposition. Le curseur de gauche contrôle le point noir, celui de droite le point blanc et le curseur du milieu contrôle la luminosité des tons moyens.

L’histogramme peut donc être un excellent outil de soutien, tant sur place qu’en post-traitement. Un soutien, c’est tout. Si vous voulez vraiment savoir en détail quelle est l’exposition correcte sur place, il est préférable d’utiliser un posemètre. Et si vous voulez vraiment évaluer votre image et la modifier si nécessaire, calibrez votre écran.