Un nom connu des photographes depuis plus de 40 ans
Un nom connu des photographes depuis plus de 40 ans Un nom connu des photographes depuis plus de 40 ans
Lauréat de la meilleure qualité de livre photo 2020
Lauréat de la meilleure qualité de livre photo 2020 Lauréat de la meilleure qualité de livre photo 2020
0
Panier
rechercher
menu fermer
Aperçu des commandes
Retour vers les archives du blog

Mon impression est trop sombre

3 octobre 2022

Une remarque fréquente que nous entendons. Ce qui est bien sûr très ennuyeux, car vous voulez qu’elle ressemble exactement à ce apparaît sur votre écran. Et là, elle est beaucoup plus belle. Comment obtenir une impression de photo exactement comme elle apparaît sur votre écran ? Nous allons essayer de vous l’expliquer.

chromaluxe image

Même si, de nos jours, les photos sont principalement visionnées sur un écran, l’impression est la plus belle finalité d’une photo. Une belle impression, encadrée ou non, sur le mur. C’est ce que nous voulons tous.

Cependant, les impressions peuvent aussi être décevantes au début. Elles sont trop foncées, elles ont une dominante de couleur ou peut-être même les deux ! Tous ces problèmes sont liés à un problème de gestion des couleurs, et nous allons y remédier.

Qu’est-ce que la gestion des couleurs ?

 » Méthode de coordination de l’ensemble du système composé d’un scanner / appareil photo, d’un écran et d’une imprimante pour obtenir une reproduction cohérente et prévisible des couleurs !
Cela est particulièrement important dans l’industrie (photo)graphique, car il se passe beaucoup de temps (précieux) entre la correction et l’impression finale. Cependant, un système performant est très complet « .

Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas, car chaque processus possède son propre espace couleur. En commençant par l’œil, nous pouvons voir beaucoup plus que ce que nous pouvons finalement reproduire sur un écran ou dans une impression. Ainsi, aussi fou que cela puisse paraître de la part d’un laboratoire spécialisé comme le nôtre, une conclusion rapide nous dit que  » vous ne pouvez pas imprimer ce que vous voyez, mais avec une bonne gestion des couleurs, vous pouvez (à peu près) voir ce que vous imprimez « . Et c’est ce que nous allons tenter d’expliquer ci-dessous. Prêt pour la suite ?

1. Un bon écran comme point de départ

Tout d’abord, vous avez besoin d’un bon écran calibré. Nous calibrons selon la norme de la NIDF ; Point blanc 6500 K ; Gamma 2,2 ; Luminosité : 120 cd/m2 (notre recommandation est de 90 cd/m2). Un écran est peut-être le maillon le plus important de ce flux de travail, de la prise de vue à l’impression. Supposons que vous preniez des photos au format RAW. Vous  » développez  » l’image visuellement, vous regardez l’écran et vous faites des ajustements en fonction de ce que vous voyez. Il est alors crucial que vous disposiez d’un bon écran, bien réglé. Par conséquent, ne lésinez pas sur la qualité, assurez-vous d’une large gamme de couleurs et d’une grande finesse de détails. Pour un photographe qui veut des couleurs parfaites dans ses tirages, c’est un investissement qui vaut la peine.

Cependant, un bon écran n’est pas la seule chose dont vous avez besoin. Les écrans modernes sont beaucoup trop lumineux par défaut. C’est bien, mais pour une impression, la luminosité est généralement trop élevée et ne reflète pas la réalité, car la photo n’est pas du tout aussi belle et lumineuse. Par conséquent, vous devrez calibrer votre écran ; vous trouverez plus d’informations à ce sujet sur notre page d’assistance. Cela ne devrait pas coûter une fortune. Après avoir ajusté votre écran, le logiciel de calibrage crée un profil d’écran et l’enregistre dans un endroit où votre système d’exploitation, Photoshop et Lightroom peuvent le trouver. Pratique !

2. Environnement de travail de l’écran

Votre écran, mais aussi votre lieu de travail, doivent être calibrés. Nous utilisons la norme NIDF tant pour l’écran que pour l’environnement de travail.

Le lieu de travail est aménagé conformément à la norme ISO 3664:2009. Uniquement des couleurs neutres dans l’espace de travail, de préférence gris clair. Lumière standard comme seul éclairage : température de couleur 5000 K, indice de rendu des couleurs d’au moins 90, de préférence supérieur à 94 ou aussi élevé que possible. Quantité de lumière sur l’écran entre 32 et 64 Lux. Pour les photographes qui souhaitent utiliser un posemètre comme contrôle, les paramètres sont les suivants : Valeur ISO : 100 ; Vitesse d’obturation : 1 seconde ; Ouverture : entre 4 et 5,6

Et c’est peut-être encore plus important pour les  » photos trop sombres « . Lors de l’évaluation des tirages sur papier, la couleur de l’éclairage est la même que celle de l’environnement de l’écran, mais la quantité de lumière doit être beaucoup plus élevée : environ 2000 lux. Quantité de lumière à l’impression 2000 Lux. Cela représente 60 fois (!!) plus de lumière que lors de l’évaluation sur l’écran. Pour les photographes disposant d’un posemètre : Valeur ISO : 100 ; Vitesse d’obturation : 1/60 seconde ; Ouverture : entre 4 et 5,6

3. Paramètres de Photoshop

Photoshop sait comment l’écran est réglé, grâce au profil de l’écran, mais savez-vous réellement comment les paramètres de gestion des couleurs de Photoshop sont réglés ? De nombreux utilisateurs de Photoshop ont réglé leurs paramètres sur les États-Unis, ce qui est particulièrement important si vous travaillez en CMJN, et c’est exactement ce que nous ne voulons pas !

Le réglage pour le RVB est beaucoup plus important pour vous en tant que photographe. Dans le menu  » Édition  » de Photoshop, vous trouverez la section  » Paramètres de couleur « . Photoshop propose différentes options dans cette boîte de dialogue sous  » Paramètres « . Le plus grand espace colorimétrique est ProPhoto RGB, mais Adobe RGB est également un très grand espace colorimétrique. Si vous travaillez avec des fichiers RAW, c’est l’espace colorimétrique dans lequel vous pouvez le mieux retoucher vos photos.

Et que faire des couleurs qui ne peuvent plus être affichées dans la cible ? Car en effet, aucune imprimante ne peut imprimer ProPhoto ou Adobe RGB, et il n’existe pas encore de papier capable de le faire. Vous pouvez donc choisir  » Colorimétrie relative  » ou  » Perceptive « . Enfin, pour utiliser vos photos sur le web, vous devez les convertir en sRGB.

En tant que laboratoire spécialisé, nous travaillons avec des illuminateurs laser et imprimons sur du papier aux halogénures d’argent sensible à la lumière. Ces imprimantes fonctionnent en RVB, en utilisant un laser tricolore (rouge, vert et bleu). Ne livrez donc jamais vos photos en CMJN, ou vous recevrez en retour des tirages très étranges.

4. Travailler avec des profils d’imprimante

Comme indiqué ci-dessus, l’imprimante est également une variable importante, tout comme le papier sur lequel vous imprimez. Nous travaillons avec nos propres profils ICC. Si vous livrez des fichiers en sRGB ou AdobeRGB, nous les convertissons automatiquement à notre profil le plus récent. Cela signifie donc que vous ne devez rien faire vous-même. Mais vous voulez aller plus loin et tester comment nos imprimantes traitent vos couleurs ? Téléchargez alors nos profils, installez-les correctement et évaluez-les en fonction.

5. Évitez les impressions sombres

La réclamation la plus fréquente est la suivante : mon impression est trop sombre. Ou plutôt, vous trouvez l’impression trop sombre. Un certain nombre de raisons peuvent conduire à estimer que l’impression est trop sombre. Il s’agit de la différence entre la lumière que votre écran émet et la lumière sous laquelle vous regardez l’impression. Comme expliqué également au point 2.

Un écran émet de la lumière, de sorte qu’une photo y apparaît toujours plus claire que si vous tenez une impression photo à côté de lui. Officiellement, vous devriez également regarder la photo sous une lampe à lumière du jour, qui émet beaucoup de lumière, et sous cette lumière, la photo correspond bien à une photo sur un écran calibré correctement réglé. Quoi qu’il en soit, vous n’avez généralement pas de lampe à lumière du jour suspendue là où vous allez regarder ou accrocher la photo. Vous devez donc garder à l’esprit l’endroit où vous souhaitez accrocher, regarder ou placer la photo et la retoucher en conséquence.

Réglez la luminosité de votre écran lors du calibrage. Ensuite, regardez à nouveau la photo dans Photoshop ou Lightroom. Peut-être devriez-vous la retoucher en y ajoutant de la luminosité. Pensez à la lumière sous laquelle vous allez juger une photo, ou à l’endroit où vous allez l’accrocher. Celle-ci doit avoir la même intensité lumineuse que celle de l’écran.

Testez l’importance de la lumière sous laquelle vous regardez la photo en vous promenant dans votre maison avec un tirage et même en allant dehors avec. Vous verrez que les couleurs changent continuellement.

6. Utiliser l’optimisation ou la mise en valeur des photos

Si votre écran est trop lumineux, les impressions sont généralement trop sombres (voir plus haut). Si elles sont toujours trop sombres après avoir diminué la luminosité de l’écran, vous pouvez utiliser un dernier recours dans Lightroom. Vous pouvez cocher la case Réglage de l’impression dans le volet Impression et commencer à déplacer les curseurs Luminosité et Contraste. Cela vous donne plus de luminosité et de contraste. Vous devrez faire des essais pour trouver les bons réglages, ce qui peut prendre du temps et des efforts, car vous ne verrez le résultat qu’une fois l’impression réalisée. Toutefois, si vous avez trouvé le réglage idéal pour une combinaison papier / imprimante particulière, vous pouvez l’appliquer à toutes vos impressions.

Si vous ne disposez pas de toutes ces options avec Photoshop et Lightroom ou si vous êtes juste un peu dépassé, nous avons une autre option. À savoir, via notre logiciel, cochez la case  » optimisation « . Nos machines corrigent alors automatiquement les couleurs, la luminosité et le contraste de vos photos. L’optimisation est courante dans de nombreux centres d’impression standard. Nous ne le faisons pas, car de nombreux photographes corrigent manuellement et cette option est alors superflue. Mais si vous ne les retouchez pas, et que vous n’êtes pas sûr que votre écran soit correctement réglé, vous pouvez toujours cocher cette option.

Il s’agit donc d’un véritable défi pour tous. Mais si vous ne contrôlez pas vous-même le fichier, nous ne savons pas non plus quoi en faire et l’imprimons selon la norme NIDF que nous connaissons. Si l’aspect est différent sur votre écran parce qu’il est réglé trop lumineux, par exemple, nous l’imprimerons toujours plus sombre que vous ne le souhaitez. Évitez donc les impressions trop sombres et préparez au mieux votre espace de travail, votre écran et les outils que vous utilisez pour obtenir une impression parfaite.